A force de tout voir

Catégories : Le mot du maire.

« A force de tout voir, on finit par tout supporter…
A force de tout supporter, on finit par tout tolérer…
A force de tout tolérer, on finit par tout accepter…
A force de tout accepter, on finit par tout approuver »

C’est ce que dénonçait déjà Saint Augustin en l’an 430.

Madame, Monsieur,

Parmi les grands problèmes de notre actualité, j’y trouve les thèmes de la laïcité et de la solidarité avec les migrants, les chômeurs, les classes sociales, les consommateurs invités à acheter français.Si la laïcité ne pose pas problème à Nogent, je veux vous parler des solidarités imposées par les pouvoirs publics, de plus en plus contestées en raison d’une impression d’excès ou d’abus qui choquent les égoïsmes, le sentiment de justice ou le sens commun. Par exemple : on avait 40 cantons et 40 conseillers généraux. En mars 2015 on a 21 cantons et 42 conseillers départementaux alors que le service transports scolaires et le développement économique ont été transférés à la région Pays de la Loire!
on avait 21 régions, on en a 13 mais il y a autant d’élus. Où est le changement? Où sont les économies? Sur le nombre d’élus ou sur le nombre d’employés?

Dans le 1er numéro de Nogent Infos, j’avais écrit que la dotation globale de fonctionnement diminuerait de 36000€ environ pour 2015, 2016 et 2017. Elle est de 20817€ en 2015. A ce rythme, l’Etat aura réalisé une baisse brutale et insoutenable de 41634€ en 2016 et de 62451€ en 2017 soit 124902€ en trois ans. Et après 2017? De plus, l’Etat nous impose d’appliquer les lois (normal c’est la loi) :
Loi sur les nouveaux rythmes scolaires : les 3h hebdomadaires de temps d’activités périscolaires (embauche de personnel, achat de matériel, recherche et aménagement de locaux).
Loi sur l’adaptabilité des bâtiments recevant du public pour les personnes handicapées (plans inclinés, aménagement des ouvertures, largeur des trottoirs) de même pour les commerçants et artisans.
Disons que l’Etat a moins d’argent à distribuer, plus de règlements à imposer et continue à supprimer ou rationner les services de proximité (distribution du courrier, instruction des dossiers d’urbanisme) aux communes.

Cette solidarité forcée est illustrée par cette loi Notre (nouvelle organisation territoriale de la république). L’Etat nous impose de fusionner les communautés de communes en mutualisant les personnels, les services et les matériels, autrement dit à harmoniser les impôts. Ce principe économique invoqué pour les entreprises privées n’est pas automatiquement applicable pour le service public en milieu rural. Si Madame la Préfète confirme sa proposition, Nogent le Bernard, membre de la communauté de communes Maine 301 (10 communes et 8685 habitants) sera intégré le 1er janvier 2017 avec celle du Marollais (17 communes et 6637 habitants) et du Saosnois Mamertin (25 communes et 13790 habitants) soit 52 communes pour 29112 habitants calculés en population totale, qui auront 78 délégués dont 1 par commune au minimum. Les 26 restants seront répartis entre les communes principales. L’effet positif est d’élargir notre bassin de vie vers Saint Cosme en Vairais dont nous sommes proches : le travail avec l’entreprise Alcoa, les études secondaires au collège et le nouveau syndicat d’eau potable. L’élaboration du futur Schéma de Cohérence Territoriale en sera facilitée.

Le chômage et la désertification médicale nous préoccupent gravement. C’est aussi çà la sécurité. On n’a vu ni médecin libéral installé en cabinet, ni médecin salarié installé en centre municipal de santé sauf à Saint Cosme. L’Etat pourrait et devrait organiser leur répartition sur le territoire comme il le fait pour les pharmaciens. Je rappelle que leurs études sont payées par les contribuables. Il suffirait que la Sécurité Sociale ne conventionne pas les récalcitrants comme elle le fait pour les médecines parallèles.
Et si les personnes disponibles privées d’emploi qui ne peuvent payer la cantine, l’électricité, etc….. se proposaient pour aider à l’entretien des chemins avec les salariés d’Alcoa ou à l’entretien du village lors des journées citoyennes comme à La Guierche ou à l’animation des associations nogentaises ou à l’animation des activités périscolaires,…. Ce serait un échange, un service contre une aide plutôt qu’un repli sur soi. J’avais demandé que chacun entretienne son trottoir au droit de sa façade, qui l’a fait ?
Peut on être utile et solidaire à l’Autre, aux autres, à la communauté qui nous soutient ? D’accord, ne pas confondre assisté et privé d’emploi. Evidemment, s’abstenir de tout amalgame. Bien sûr, éviter toute forme d’opprobre. Certes, il faut vivifier l’esprit de concorde et de tolérance. Mais veillons à ne pas nous laisser berner. Tout n’est pas acceptable.

Et nous les élus du conseil municipal ? Nous avons amélioré la prise en charge des enfants de 3 à 9 ans durant les temps d’activités périscolaires en embauchant Sabrina PLECIS et Christelle PROVOST et en libérant des locaux. Un effort important sera fait pour les chemins et routes en 2016. Nous travaillons à étudier et financer la restauration complète des réseaux d’eau potable, des réseaux d’eaux pluviales et usées, puis des trottoirs et de la chaussée des rues Basse, de la Mairie et de la place de l’église. Fin 2016, Nogent et Saint Georges seront les premiers villages sarthois à recevoir la fibre optique financée par notre communauté de communes.
Vous trouverez dans ce numéro 3 les pages habituelles sur la vie nogentaise, nos joies et nos peines, les dernières décisions du conseil municipal, l’agenda évènementiel 2016, la suite de l’article « Droits et Devoirs » sur l’entretien des haies, chemins et fossés et l’état civil de l’année 2015.

Je vous souhaite, avec les membres du conseil municipal, une bonne et heureuse année 2016 et vous invite à la cérémonie des vœux avec les associations, le vendredi 22 janvier 2016 à partir de 20 heures au château de Haut éclair.